Moteur de Recherche :

2014-06-24

Shampooing solides au SCS, recette de base

Bonjour !
Nous avons déjà bien fait le point sur les TA liquides, des TA pour la plupart non ioniques, très doux, qui sont 100% d'origine végétale, très bien tolérés par la peau des parents comme des enfants, et tout à fait biodégradables ! 
Bref, des agents nettoyants parfaits ! 
Enfin presque... ;-)
L'inconvénient de ces TA reste la faible production de mousse à laquelle nous sommes tant habitués... Et on a parfois du mal à s’y faire…



A la maison, mes bases lavantes neutres, celle de AZ ou des équivalents maison, sont de très bons produits de soin pour la toilette... De mes filles ! Encore petites et à la peau fragile, je n'en changerais pour rien au monde...
Mais de mon coté, j'avoue, j'aspire à un produit nettoyant un peu plus sophistiqué, surtout du coté de la formulation des shampoings, bien que je souhaite rester dans des formulations 100% naturelles... 
Ma solution : des tensio actifs un peu plus costauds, les TA « solides », et pour la plupart des TA anioniques, dont le savon fait partie, comme les sulfatés !... ;-) 
Tous les suflatés sont en effet employés dans les gels douches et shampooings du commerce, et apparaissent en 1ere ligne dans les listes INCI, c'est pourquoi on est tant habitués aux belles mousses ! Mais on es décrie beaucoup pour leur forte détergence, qui engendre des soucis d'irritation...

Je vous propose donc de faire le point sur ces produits, et en particulier sur le sodium coco sulfate, que nos fournisseurs de cosémtiques maison nous proposent...


Le Sodium coco sulfate :  



Le SCS se présente sous forme de tout petits vermicelles blancs.
Dérivé sulfaté des acides gras de l'huile de coco, c'est un TA 100% d'origine végétale, qui ne pose pas de problème d'un point de vue écologique : il est biodégradable, et peut être agréé Ecocert. Et c’est le seul parmis tous ceux qui nous sont proposés chez AZ...

C'est un détergent aux propriétés particulièrement moussantes, même en présence de corps gras, mais également conditionnantes : 
il laisse la peau et les cheveux soyeux et légers, et donnent des produits qui s’étalent facilement, glissent bien sur les cheveux, et se rincent sans difficulté. 
Il s’emploie à des concentrations très variées, et permet la fabrication de gels douches et shampooings bien moussant, des crèmes de douche bien moussantes, ainsi que des shampooings solides, et est particulièrement adapté au soins des peaux normales à grasses.
Son inconvénient c'est son pouvoir détergent assez fort et relativement irritant, qui peut, en usage pour les cheveux, engendrer des démangeaisons du cuir chevelu, signe d’une certaine sensibilité... Mais ce n'est pas le pire de tous non plus !

Nature et Progrès ne tolère plus aucun sulfaté dans son cahier des charges, car ils peuvent en effet fragiliser les peaux délicates, et sèches. Néanmoins la famille des tensio actifs sulfatés est longue, et le sodium  coco sulfate est mieux toléré que ses cousins sulfatés : Ammonium Lauryl Sulfate ou Sodium Laureth Sulfate, qui sont les plus fréquemment utilisés en cosmétique conventionnelle. 
Le sodium coco sulfate est quand à lui, classé dans les tensio actifs relativement bien tolérés, malgré sa nature sulfatée.

C’est ainsi que j’ai finalement choisi d’utiliser le sodium coco sulfate, en prenant soin de ne pas le surdoser, et de l’associer à des agents apaisants, émollients, ou encore qui améliorent sa tolérance cutanée, pour des soins 100% naturels, qui moussent bien, et restent bien tolérés ! ;-) 
NB : le ricin sulfatée est une huile issue du meme procédé de fabrication : elle fait partie de cette même famille de sulfatés, lequels appartiennent à la grande famille des tensio actifs anioniques.
J’évite néanmoins son utilisation chez mes enfants, chez qui je laisse donc la priorité aux tensio actifs doux et non ioniques que je vous ai déjà présentés, tels que ceux composant la base lavante neutre AZ.

Zoom sur les autres TA solides présents dans le catalogue AZ :
- Le SCI, Sodium cocoyl isethionate, apport une mousse onctueuse et est bien toléré par la peau. Il est d'origine Végétale (huile de coco), mais également synthétique, c'est pourquoi je ne l'emploie pas. 
- Le SLSA, Sodium lauryl sulfoacetate, apport une belle mousse en toute circonstance, un peu sur le même schéma que le SCS, et est irritant également. Il est également d'origine Végétale (huile de coco), mais aussi synthétique; je ne l'emploie pas non plus. 


Mon parti pris :
Des formulations de shampoings solides ou autres lavants solides,
exclusivement à base du SCS 100% d'origine naturelle,
mais des formulations intelligentes, pour un SCS bien toléré ! ;-)


Mes shampoings solides au SCS !


Les shampoings solides sont des recettes très sympa à élaborer, et des shampoings très ludiques dans leur utilisation ! 
Très économiques mais également écologiques, le shampoing barre dure longtemps : 
on emploie beaucoup moins de produit à la fois que lors d'un shampoing liquide classique, et il n'est pas question de contenant quel qu'il soit...

On trouve beaucoup de recettes de shampoings barre en tout genre sur la blogosphère, que ce soit avec ou sans SCS, SCI, et/ou SLSA. 
Je vous propose donc aujourd'hui, de vous donner notions de formulation de base à partir du SCS, et vous proposerai enfin ma recette du moment ci dessous...


Les ingrédients de base d'un shampoing solide :



Voici tous les éléments qui peuvent être retrouvés dans la formule plus ou moins élaborée d'un shampoing solide :

- du SCS, plus ou moins concentré, et qsp 100%
Il ne fond pas forcément très facilement à chaud, on peut donc préférer un SCS en poudre fine. A défaut, micronier le SCS en vermicelle après avoir pris soin d'enfiler un masque (produit irritant et volatile)

- une phase aqueuse avec de l'eau ou des hydrolats, et des actifs liquides : 
10 à maxi 20%, en privilégiant les hydrolats pour leur pH acides, le SCS pouvant donner des pH élevés. Sans cela, il est préférable de penser à ajouter des acidifiants. 
Cette phase aqueuse est nécessaire, elle permettra de fondre le SCS de façon relativement homogène. Beaucoup d’entre eux ont des propriétés intéressantes pour les cheveux, ils feront également office d’actifs à eux seuls. 
Dans cette phase aqueuse s'intégreront d'éventuels tensio actifs liquides, pour améliorer la mousse et/ou améliorer la tolérance du SCS, comme les classiques douceur de coco et/ou mousse de babassu.
La présence de glycérine enfin, améliore également la mousse, et homogénéise le produit qui est ensuite plus facile à confectionner, mais aussi à démouler, et a moins de chance de s’effriter à l'usage.
Il ne faut pas oublier le conservateur, s'il est nécessaire, mais la plupart du temps, ces phases aqueuses étant faibles, et le produit étant solide, on n'en emploie pas.
NB: Le SCS s'intègre dans cette phase aqueuse.

- une phase huileuse éventuelle, contenant des beurres et/ou huiles végétaux : 
de 0 à 20% (plus pour les cheveux à tendance secs, moins pour les cheveux à tendance gras).
Ils participeront à améliorer la tolérance du SCS, et faciliteront le coiffage, en particulier pour les cheveux à tendance secs.
La présence d'une phase grasse peut justifier la présence d'émulsifiants et co-émulsifiants, qui amélioreront la rinçabilité du produit, et limiteront l’incidence des corps gras sur la perte de mousse du produit. 
Parmi les émulsifiants, il faut favoriser des tensio actifs bien hydrophiles, qui se rinceront facilement : ce sera le cas de la cire N3, de l’olivem, et d’autres (à tester selon vos envies et stocks). 
Parmi les co-émulsifiants, 3 me paraissent particulièrement intéressants : 
- l’alcool cétylique, synergiste de la mousse, épaississant de la préparation, et conditionnant pour les cheveux, tout en se rinçant assez facilement, il est tout à fait adapté à la formulation des shampooings solides,
- l’acide stéarique, pour son pouvoir bien durcissant, pour donner un aspect bien solide et blanc au produit,
- et la lécithine peut également être intéressante, pour ses propriétés conditionnantes sur les cheveux.

- une phase à ajouter en fin de préparation : des poudres éventuelles, diverses et variées, qui permettront de couper la proportion de SCS : On peut les utiliser sans problème jusqu’à 25% : 
- Amidons (adoucit l’eau et hydrate les cheveux) et/ou inuline, 
- argiles (reminéralisantes et purifiantes), 
- lait d'amande en poudre
- toute autre poudres colorantes, ayurvédiques ou autres, ayant la particularité d'être bien fine.

Mais aussi :
- des actifs éventuels, comme dans tout cosmétique : 
actifs divers et variés tels que : aloe vera, mucilage, miel, allantoïne, provitamine B5, phytokératine ou autre protéine hydrolysée, honeyquat, etc...
Attention, pour les produits sous forme liquide, de bien les prendre en compte comme phase aqueuse de votre préparation, et pour les poudres à disperser, de les comptabiliser en phase 3, avec les poudres. Les poudres hydrosolubles iront en phase aqueuse.
De façon générale, ne pas dépasser 5%.

- d'éventuels additifs parfumant : extraits aromatiques, huiles essentielles, voire fragrances... 
Et pourquoi pas des colorants! ;-)


Ce qui nous donne la formule de base suivante :



- SCS : qsp 100%
- phase aqueuse : 10 à 20%
- phase huileuse : 0 à 20%
- poudres : 0 à 25%
- Actif et HE : jusqu’à 5%

Vous formulerez de telle manière que vous ayez 40 à 60% de SCS dans votre recette, et de préférence toujours moins de 70%, afin d'améliorer sa tolérance, en limitant sa concentration dans votre produit. Personnellement, je vise les 45 à 50%, et je joue avec les poudres et les coprs gras pour ne pas les dépasser.

Je vous propose ma dernière recette de shampoing solide, qui va dans ce sens, 
et dont je suis très contente.


Recette de mon dernier shampoing solide au kapoor kachli : 



phase 1 : phase aqueuse :
- SCS 42%
- douceur de coco : 3%
- mousse de babassu : 5% 
- hydrolat d'ylang ylang : 5%
- glycérine : 3%
- provitamine B5 : 2%
- phytokératine : 3%
- allantoine : 1%
- xylitol : 1.5%
- sel de la mer morte : 0.5%

Phase 2 : phase huileuse :
- beurre de karité : 5%
- macérat maison de gousse de vanille dans HV de macadamia et caprylis : 3%
- alcool cétylique : 1.5% 
- acide stéarique : 3.5%
- vitamine E : 1 goutte
- cire émulsifiante N°3 : 3%

phase 3 : poudres diverses
- amidon de mais : 10%
- argile blanche : 3%
- kapoor kachli : 5%

Pas à pas :
j'ai réservé le SCS, et rassemblé tous les autres ingrédients de ma phase aqueuse, en y ajoutant les tensio actifs liquides en dernier. J'ai ajouté enfin le SCS.
D'autre part j'ai rassemblé tous les ingrédients de ma phase huileuse.
J'ai procédé comme pour mes émulsions, à un double bain marie.
Lorsque ma phase huileuse était liquide, je l'ai ajoutée à ma phase aqueuse contenant le SCS, et ai mélangé régulièrement jusqu'à obtenir une pate homogène.
J'ai alors sorti ma pate du feu, et ai ajouté mes poudres, préalablement pesées et mélangées entre elles, puis mélangé à la spatule jusqu'à avoir une pate homogène.
J'ai enfin placé cette pâte dans un moule en silicone.
Je l'ai placée au congélateur pendant une bonne dizaine de minutes, afin de la laisser durcir;
j'ai enfin démoulé mon shampoing solide !
Je l'ai laissé sécher toute la nuit, et en ai fait ma première utilisation le lendemain !

Résultat :



Le galet est bien dur, 
la mousse est instantanée après un rapide passage sur les cheveux mouillés : une mousse lactée, dense, généreuse, avec un bon glissant sur les cheveux (rien à envier aux shampoings du commerce!!), en utilisant rien du tout!!
L'odeur pendant l'utilisation est très discrète, on sent surtout le kapoor qui a une odeur végétale douce, discrète, très sympa, j'aime beaucoup.
Le shampoing se rince très facilement et rapidement.
Les cheveux, sans après shampoing, se démêlent bien, et donnent la sensation d'être bien lavés (à la limite de "crisser" après 1 seul shampoing). 
Une fois secs, les cheveux sont doux, légers.... 
C'est TOP ! ;-)

Seul bémol de cette recette : les quelques résidus qu'il peut y avoir parfois dans les cheveux, probablement du fait de l'argile et du kapoor.
Il faut au maximum favoriser des poudres bien micronisées, et très hydrophiles, afin de limiter ce désagrément.

C'est pourquoi je vous propose une 2nde recette de shampooing solide, formulé de telle manière qu'on évitera les problèmes de poudres résiduels dans les cheveux, tous les éléments choisis étant tout à fait solubles dans l'eau de la douche...


2ème recette :Shampoing solide au lait d'amande douce :



phase aqueuse :
- SCS 50%
- mousse babassu : 6%
- douceur coco : 4%
- Honeyquat : 4%
- miel liquide : 2%
- Aloe vera gel : 1%
- glycérine : 3%

phase huileuse :
- BV karité : 8%
- alcool cétylique : 2%
- acide stéarique : 5%
- cire émulsifiante N°3 : 5%

poudres :
- lait d'amande douce : 10%

Je n'ai pas eu besoin de corriger son pH (5,5 à la bandelette), et n'ai pas souhaité le colorer ni le parfumer.
Le voilà :




Conclusion


Des recettes très sympa, un produit très ludique, des compositions tout à fait satisfaisantes...
Reste finalement à évaluer la tolérance de ce shampoing par chacun, en particulier par ceux ayant tendance à avoir facilement des démangeaisons et/ou irritations du cuir chevelu... 
Pour ceux là, privilégier de façon générale les shampoings liquides... Intelligemment formulés : 
mais pas forcément sans sulfatés! ;-)

A très bientôt !!

8 commentaires:

Bertille Bioty a dit…

Merci beaucoup pour cet article encore une fois très intéressant. Ton blog est une véritable mine d'or !

Steph a dit…

Merci! :-) Bise!

Mélanie Milou a dit…

Bonjour,
Bravo pour cet article très complet et qui m'apporte beaucoup !
Je m'interroge sur la différence entre le SCI et le SCS. Je considérais le SCS comme synthétique car il résulte d'une transformation chimique de l'huile de coco. Pourriez-vous m'éclairer sur ce point.
Bonne continuation et à bientôt !
MM

Steph a dit…

Bonsoir,
SCI comme SCS sont des produits issus d'une modification chimique: il n'existe pas de tensio actif très moussant qui soient 100% naturels : il faut les fabriquer. Le SCS provient exclusivement de matières premières naturelles, alors que le SCI non : il est d'origine végétale et synthétique.
A bientot !

Mélanie Milou a dit…

Un grand merci de votre réponse ! =D

mahikorana a dit…

Bonjour,
Tout d'abord, un grand merci pour le partage de vos connaissances. Je suis -silencieusement- votre blog depuis longtemps et m'en inspire pour de nombreuses recettes.
Mais je bloque sur un sujet : le shampoing/douche solide pour mes voyages !
En suivant vos recommandations, j'ai fait, pour le plus abouti :
- 45,3% SCS
- 5,2 % hydrolat de camomille (cheveux châtains clairs)
- 1,6 % mousse de babassu
- 3,1 % glycérine
- 1,0 % provitamine B5
- 1,0 % protéines de riz
- 1,0 % protéines de soie
- 3,1 % miel
- 3,1 % BV karité
- 3,1 % HV coco
- 2,1 % BV cacao
- 3,1 % cire émulsifiante n° 3
- 3,1 % acide stéarique
- 10,4 % amidon de maïs
- 8,3 % rhassoul (ou argile jaune)
- 3,1 % phytokératine
- 1,6 % inuline
Pas de souci à l'utilisation et je trouve que les cheveux prennent un beau volume, mais les jambes grattouillent, même avec une huile de douche après, et mes cheveux, pourtant d'habitude normaux et faciles à vivre, sont ternes et rêches, tout en paraissant gras (si, si, ils y arrivent !). Je précise que je fais un shampoing tous les jours (je sais : pas bien, mais il faut bien avoir un défaut...).
Sur quoi puis-je jouer ? Je ne sais plus par quel bout le prendre... :-(
Si vous pouviez me donner quelques indices.
Merci beaucoup.
Mahikorana.

Steph a dit…

Bonjour Mahikorana,
attention ce n'est pas une recette pour le corps,
c'est une recette de shampoing seulement !
Concernant la réaction de vos cheveux, je pense qu'il faut peut etre se méfier de l'argile, et préférer une poudre de lait ...
D'autre part ça manque de cationiques ! ;-) type honeyquat par exemple

mahikorana a dit…

Bonjour Steph,
Merci de votre réponse que je n'espérais pas si rapide :-)
J'avais dans l'idée que ce qui lavait les cheveux lavait également le corps, et ce que je veux obtenir, c'est un "tout en un sous la douche" quand je pars en voyages, cheveux, corps et visage. Je n'ai pas de poudre de lait dans mes stocks et je me méfie des "quat" (que je n'ai pas non plus, du coup), mais je vais essayer de baisser la part des poudres. Je vais aussi tenter d'ajouter du coco silicone et de l'alcool cétéarylique. Je vous souhaite un bon week-end.
Mahikorana.