04/08/2016

Mon concentré d'insaponifiables maison : l'oléine d’olive

Bonjour !

Jje voulais vous parler aujourd’hui des 
huiles fractionnées, concentrés d’insaponifiables, et beurre d'olive … Maison ! 
Un article dont je suis très fière, pour n’en avoir jamais vu parlé sur la blogsphère : 
un article 100% cosmessence bio ! ;-)

1 / Zoom sur les insaponifiables




Tous nos huiles et beurres sont plus ou moins riches en « insaponifiables » : 
mot à mot : qui ne se transforment pas en savon. 
En effet, car ce ne sont pas des triglycérides d’acides gras ! 
Et ils composent néanmoins nos corps gras végétaux : huiles, et beurres surtout.

Ces insaponifiables ont des propriétés très intéressantes pour la peau, et font la réputation de notre beurre de karité ou huile d’avocat pour n’en citer que 2…
Certaines huiles ou beurres en sont particulièrement riches, mais ne façon générale, ils représentent 1 à 2% dans nos huiles, jusqu’à 5% dans les beurres.

Parmi eux on peut distinguer :
-          Les phytostérols (dont bêta-sitosterol, campesterol, stigmasterol) :
Cicatrisants et réparateurs, ils améliorent la fonction barrière de la peau et la microcirculation, freinent le vieillissement cutané, sont anti-inflammatoires, et antioxydants :
L’avocat en est particulièrement riche, ainsi que
l’huile d’olive, ou le beurre de karité

-          Les composés phénoliques :
Anti oxxydants aux propriétés anti age : présents dans l’huile d’argan et
l’huile d’olive

-          Les caroténoïdes dont la provitamine A :
Puissants antioxydants, ils donnent bonne mine et colorent les huiles qui en sont les plus riches en une couleur rouge-orangée : c’est le cas du macérat de carotte, ou de l’huile de buriti

-          Les phytostérols :
Ils améliorent la fonction barrière de la peau et la microcirculation, freinent le vieillissement cutané, anti-inflammatoires. On en trouve dans l’huile d’argan et
l’huile d’olive

-          Les alcools terpéniques
anti-inflammatoires et anti oxdant, role de protection de la peau :  on les trouve dans l’huile d’amande douce et le beurre de karité

-          La vitamine E (ou "tocophérols") :
Antioxydante puissante, on la trouve en particulier dans l’huile de germe de blé et l’huile d’argan ou
l’huile d’olive

-          Les squalènes :
principaux composants de la surface de la peau, ils présentent des propriétés émollientes et antioxydantes, et on les trouve en particulier dans
l’huile d’olive !

Bref, vous l’aurez compris : l’huile d’olive est vraiment une huile intéressante. 
Je dis souvent d’elle que c’est notre « karité français » ! Je l'adore ! ;-)

Malheureusement ces insaponifiables ne représentent qu’une petite partie de notre huile.
Pour des soins très réparateurs, on peut donc choisir d’utiliser le « concentré d’insaponifiable » d’Aroma Zone composé d’huile d’avocat (50%), de phytostérols isolés, et d’insaponifiables issus de notre belle huile d’olive française !
Mais j’ai également une autre astuce… 


2/ Les huiles fractionnées


Une huile fractionnée est une huile dont on n’utilise qu’une partie : elle a été coupée en 2, en isolant ses triglycérides gras de longues chaines : C’est le cas du caprylis : c’est de l’huile de coco dépourvue de ces triglycérides d’aides gras à courte chaîne : ceux-là même qui donnent à l’huile un aspect solide ! C'est pourquoi le caprylis, à l'inverse, a un aspect très fluide.

L’huile fractionnée est « coupée » : elle n’est pas chimiquement modifiée : 
ce n’est pas un ester huileux ! (des amalgames sont souvent faits…!).

D'un point de la technique, différents procédés de fractionnement existent, à partir de solvants par exemple, ou encore de façon totalement naturelle et pourquoi pas artisanale : 
la winterisation.


3/ La winterisation




On appelle aussi ce procédé de winterisation : « frigelisation » ou encore décirage. 
Il s'agit d'un procédé de fractionnement mécanique et à froid, un procédé simple mais relativement lent, qui ne pollue pas et ne nécessite aucun solvant ou autre produit chimique : il nécessite seulement de placer le corps gras entre 6 et 10°C, pendant une quinzaine de jours.
Cela permet d'isoler la partie la plus liquide de l'huile, de ses cires, et triglycérides d'acides gras à chaîne courte (dont le point de fusion est plus haut) : ces derniers se cristallisent en effet avec le froid.
C’est d’ailleurs pour cela qu’avec le froid, votre huile d’olive peut faire apparaître des points blancs et solides : ces acides gras à courte de chaîne se solidifient. ;-)

Les acides gras saturés palmitiques et stéariques, se solidifient rapidement
L’acide oléique se solidifie à 5° environs
Les acides linoléiques et linoléiques se solidifient en dessous de -10°

C’est par ce procédé de winterisation qu'est fabriquée notre « oléine de karité », qui présente l'avantage de contenir une fraction d’insaponifiables du coup plus importante que pour le beurre de karité brut : 10 au lieu de 7% !

Alors pourquoi ne pas fabriquer notre oléine d’olive ??? ;-)
NB : L oléine de karité est un peu moins simple à fabriquer à la maison avec nos petits moyens, le beurre de karité ayant une texture beurrée déjà à température ambiante... 



4/ Mon oléine de karité maison : 

concentré d’insaponifiables home made

Zoom sur la composition moyenne d'une huile d'olive :
-          acide linoléique (oméga-6) (14%)
-          acide oléique (oméga-9) (61%)
-          acide palmitique (14%)
-          acide stéarique (2%) 
-          insaponifiables : (2%)

L'huile d'olive est parfaitement adaptée à ce type de préparation, car elle est particulièrement riche en insaponifiables, quantitativement, comme qualitativement, et qu'elle contient une bonne part d'acide gras à courte chaîne. 

Voici le pas à pas de fabrication de mon oléine d'olive :
- 1/         Placer votre huile d’olive au réfrigérateur pendant 2 semaines.
         Il faut faire preuve de patience le procédé est long !
- 2/         L’huile va progressivement et spontanément laisser apparaître des « beurres »...
- 3/         Récupérer la partie liquide à l'aide d'une passoire fine type chinois, sans
          attendre afin que les "beurres" ne reprennent pas leur aspect liquide :
          Il s’agit de votre concentré d’acides gras à longue chaîne et d’insaponifiables!
- 4/         Attention ces acides linoléiques et linoléniques sont plus sensibles à
          l’oxydation : enrichissez votre concentré d’insaponifiable maison de vitamine E,
          et conservez là à l’abri de la lumière et de la chaleur.
- 5/         Conditionner la partie solide : il s’agit d’un beurre naturel d’olive
          (= acides palmitiques et stéariques + oléiques)
          Ses propriétés sont particulièrement nourrissantes !
         
Ne le jetez pas : il fera un produit de choix dans la formulation
          de vos baumes nourrissants !

GIF animé des produits obtenus :

Pour 100 G d’huile d’olive, je récupère une majorité d’huile : 
de l’huile d’olive dépourvue de ces acides gras à courte chaîne que sont ses acides palmitiques et stéariques, ainsi qu’une part de son acide oléique : il me reste environs les 2 tiers de l'huile de départ.
J’obtiens une huile au toucher toujours gras (ça ne change pas), particulièrement riche en insaponifiables, aux propriétés régénérantes et anti âge, qui n’épaissit plus au froid !

Elle sera idéale pour un soin réparateur après soleil par exemple : c’est d’actualité non ? ;-) 
M’étant fabriqué 1 litre d’hydrolat de menthe poivrée, ce serait l’occasion de vous parler de l’Emul L et de vous proposer une petite recette test de cet émulsifiant unique pour une recette de lait fluide rafraîchissant et réparateur après soleil !


Attention, cette préparation ne conviendra pas à la SAF : 
la composition de l'huile ayant été modifiée, 
son indice de saponification le sera aussi !

Alors merci de votre visite, j'espère que cet article vous a plu . ;-)
A très vite sur le blog !



8 commentaires:

michele a dit…

Magique, j'adore!
Pas trop le temps là mais je file mettre un flacon d'huile d'olive bio au congélateur.

Il maturera le temps que je parte en vacances.
Bravo!!!

Steph Cosmessence Bio a dit…

Au frigo Michèle, au frigo!!
Pas au congélateur! ;-)
Bises!

Elisabeth a dit…

J'ai bien envie d'essayer :) J'utilise depuis quelques mois le concentré de phytostérols AZ dans mes crèmes mains & pieds, et j'en suis satisfaite. Du coup utiliser un produit maison serait vraiment gratifiant.
Faut-il transvaser l'huile d'olive à maturer dans un récipient à large ouverture pour faciliter la "séparation mécanique" des parties solide et liquide ?
Bisous.

Steph Cosmessence Bio a dit…

Bonjour Elisabeth, en effet j'ai oublié d'apporter cette précision ! ^^
A la maison, j'ai fait avec une passoire fine genre chinois, par contre il ne faut pas trainer, pour que les "beurres" ne se reliquéfient pas ;-)
Je vais apporter la modification à l'article du coup.

michele a dit…

Aaargh heureusement que je reviens te lire.
Je te laisse, je file retirer le précieux du congel!

Audrey a dit…

Excellent article,je vais tester tiens �� et je pense qu'en ajout en saf,la partie "beurre" de l'huile d'olive doit etre interessante ;).
Je partage ton article car comme tu le dis, pas d'articles sur ce sujet sur la toile ��

violette a dit…

merci steph article au top et si on met le chinois au congèle lui aussi ça fondrait pas un peu moins vite ?? <3

Steph Cosmessence Bio a dit…

Ha oui pas mal du tout ton astuce! ;-)

Moteur de Recherche :