Moteur de Recherche :

2014-11-15

Co-émulsifiants, épaississants, et recette du beurre maison !

Bonjour chers lecteurs Cosmessence Bio !

Avant de vous proposer un nouveau test d’émulsifiant : la cire auto émulsifiante N°2, je voulais vous proposer un article spécial :
épaississants et co-émulsifiants de nos émulsions !


D’abord il ne faut pas confondre épaississant et co émulsifiant !
Un épaississant a la particularité d’épaissir la préparation, comme son nom l’indique… 
Et en effet il aura, de ce fait, tendance à stabiliser les préparations. Ils aident à limiter la proportion d’émulsifiants, qui pour une même formule, devraient être utilisés à une plus grande proportion pour une stabilité équivalente...

Un co-émulsifiant est un agent qui émulsionne, à condition d'être "accompagné", d'où son nom de "CO"-émulsifiant, le préfixe "CO" signifiant "AVEC" ! ;-)
Il s'agit d'émulsifiants faiblement émulsifiants, qui nécessitent donc d’être utilisés obligatoirement, soit avec un autre co-émulsifiant, soit avec un émulsifiant classique.
Ces co-émulsifiants ne sont pas forcément épaississants, mais ils peuvent avoir ces doubles propriétés. Le MF par exemple est un co-émulsifiant qui n’épaissit pas. 
D’autres co-émulsifiants par contre sont également épaississants; c'est le cas du VE (glceryl stéarate) par exmeple. Il a alors une double utilité : 
il épaissit la phase huileuse, ET est faiblement émulsifiant. Il participe ainsi doublement à stabiliser l’émulsion.
NB: lorsqu'on utilise 2 émulsifiants dans une formule, chacun est le co émulsifiant de l'autre : ils s'aident mutuellement dans leur travail d'émulsion !


Leur utilisation dans nos formulations d'émulsions
Comme j'ai eu l'occasion de vous le dire lors de mon article sur la formulation de base des émulsions, et en particulier pour celles comprenant 15 à 30% de phase à émulsifier, le meilleur moyen d'obtenir une émulsion bien stable est d'utiliser un complexe émulsifiant composé de :
- 1 émulsifiant
- 1 (ou +) autre émulsifiant ou co-émulsifiant. 
- 1 (ou +) épaississant
Chacun de ces ingrédients pour être plus ou moins fortement présent dans la recette. 
Ainsi: 
plus on utilise d'épaississants et de co émulsifiants, 
moins on utilise d'émulsifiant ! Et inversement.... ;-) 

Vous ne voulez pas vous prendre la tête ?

Alors choisissez les "cires auto-émulsifiantes" :
cire N2, cire N3 , cire olive douceur ...
complexes d'émulsifiants et co émulsifiants,
ils sont pensés pour vous simplifier la vie ! ;-)


Classification des épaississants et co-émulsifiants 
Ceux que nous utilisons le plus pourraient donc ainsi être classés :

Les épaississants :

     - Du coté du 100% naturel d'abord : les beurres (ex : karité), les huiles solides (ex : HV coco ou babassu), les beurres maison (recette ci dessous), et les cires (ex : cire d’abeille, cires florales…).
Les beurres les plus durs, ceux à haut point de fusion, sont les plus efficaces pour avoir une incidence importante sur la stabilité de l’émulsion.

     - Les acides gras ensuite, comme l’acide stéarique (également appelé « stéarine ») ou encore l’acide palmitique. 
Ce  sont des corps gras naturellement présents dans beaucoup d’huiles et beurres sous forme de triglycérides : les acides gras correspondant sont obtenus par simple hydrolyse. 
Ils ont la particularité d’être particulièrement durcissants, sans donner de sensation très filmogène sur la peau, comme on pourrait l'avoir au contraire avec une cire. 
L'acide stéarique est ainsi un classique de la cosmétique maison :
De 1% à 15% voire 20% selon le type de formulation, il peut donner des produits solides sous forme de stick, comme mon déo au bicarbonate, dont vous pourrez retrouver la recette en fin d'article sur le bicarbonate de sodium en cosmétique, ici ! 
Il est également utilisé dans la formulation de savons pour apporter de la dureté, mais aussi une mousse particulièrement crémeuse : on l’emploie alors autour de 5% pour un résultat sympa.

     - Les alcools gras également, comme l’alcool cétylique et l’alcool cétéarylique, pour les plus classiques, mais aussi les alcools stéaryliques et béhéniques, ou encore l’alcool de lanoline, sont obtenus par des moyens un peu plus complexes, mais ils restent des ingrédients 100% d’origine naturelle, tout à fait biodégradables. 
Ce sont des co-émulsifiants particulièrement utilisés dans les cosmétiques bio, car ils sont plus hydrophiles que les acides gras : ils donnent ainsi des produits au toucher plus "cosmétique". On les retrouve d’ailleurs dans nos cires auto-émulsifiantes telles que la cire N2 dont je vous proposerai un test prochainement (INCI : Cetearyl wheat straw glycosides, cetearyl alcohol).
Dans les crèmes pauvres en huiles (moins de 12/15%), ils ne sont pas indispensables,
Pour les autres (plus de 12/15%), ils permettent de stabiliser la crème sans utiliser trop d'émulsifiants. 
NB : Plus leurs chaines d’acides gras sont courtes, plus leur affinité pour l'eau est importante. A l'inverse, ils auront un toucher plus protecteur.  
Concernant l’alcool de lanoline, vendu chez les Utiles de Zinette ici, on le voit moins souvent, mais vous pourrez trouver des recettes à base de cet ingrédient, sur le blog de Potions et Chaudrons.

     - Les esters cétyliques enfin, également appelés cetyl esters, comme le cétyl palmitate. Les cétyl esters sont obtenus par estérification entre un acide gras et un alcool gras. Ce sont de bons  substituts au blanc de baleine, classiquement utilisé dans la formule ancestrale du cérat de Galien : il donne un toucher très proche. 
Les cetyls esters ont un toucher moins sec que les alcools gras, plus soyeux. Vous pourrez voir que c'est également un ingrédient que Michèle a l'habitude d'utiliser, sur le blog de Potions et Chaudron.

Ces derniers, alcools gras et cetyl esters, 
ont la particularité d’apporter une certaine « rondeur » à nos crèmes H/E, 
et d’être moins lourds, moins filmogènes, 
mais aussi moins comédogènes 
que les acides gras, beurres, ou cires : 
Ce sont des indispensables ! ;-)

Ces épaississants, alcools gras et cétyl esters, sont également très émollients : ils luttent contre la déshydratation de la peau, l’adoucissent, et l’assouplissent, tout en légèreté !
On les emploie généralement entre 1 et 3% dans nos émulsions H/E.
Ils ne donnent pas tous les mêmes touchers, même peuvent néanmoins assez bien se substituer les uns aux autres. 

Bref, il faut les tester! ;-)




Les co émulsifiants :

On distingue :
- les co-émulsifiants plutôt lipophiles, émollients, relativement filmogènes, et plutôt épaississants, 
- et les co-émulsifiants plutôt hydrophiles, moins épaississants.
On peut aussi les utiliser pour stabiliser les émulsions E/H, riches en gras, et pour leurs propriétés secondaires (émollients, filmogènes…), ou encore pour personnaliser le toucher des baumes anhydres (onctuosité).

Les co émulsifiants lipophiles ont la particularité d’avoir une double casquette : ils sont co émulsifiants dans les recettes H/E comme dans les recettes H/E.
Parmi eux on distingue :
   
     - Les stéarates, dérivés de l’acide stéarique, comme le classique VE (glyceryl stérate) ou encore le sorbitan stéarate (vendu chez magnésium stéarate). 
On pourrait ajouter à cette liste le sodium stéarate : savon de l'acide stéarique, qu'on peut confectionner maison.
Tous les stéarates ont des touchers assez gras, et une bonne affinité pour les phases grasses. Ils donnent des produits très onctueux, à tendance +/- cireuse : Ils peuvent ainsi donner des émulsions très protectrices, qui ont tendance à « freiner » lors de l’étalement sur la peau (ce qui est moins vrai avec le sodium stéarate, qui au contraire peut faciliter le glissant).
Ces stéarates ont une particularité : ils épaississent considérablement vos préparations durant les 24 à 45 heures qui suivent leur fabrication 
avec eux, il ne faut pas juger trop vite du rendu de votre préparation ! ;-)

     - Le sorbitan olivate, qui peut prendre le nom commerciale de olivem 900 ou encore de cire émulsifiante olive protection chez aroma zone. 
Il est très proche du VE, mais est réputé pour avoir une meilleure affinité avec la peau, et des propriétés plus émollientes encore. Ils sont donc facilement substituables.

     - Les cires estérifiées telles que la cera bellina peuvent également être employées en tant que co émulsifiants de nos émulsions E/H ou H/E.


A retenir
Lorsque vous copier une recette, demandez vous :
quels émulsifiants, épaississants et coémulsifiants elle contient, 
afin d'être libres dans vos substitutions d'ingrédients, 
tout en respectant le schéma de l'émulsion dont vous voulez vous inspirer !


L’astuce Cosmessence bio : le beurre maison !
Associer 1 ou plusieurs épaississants à 1 ou plusieurs co émulsifiants lipophile à l’huile de votre choix, et vous obtiendrez le beurre correspondant !

Recette de base pour un beurre mou :
-          Une huile de votre choix enrichie en vitamine E qsp 100%
-          De l’acide stéarique : 10%
-          De l’alcool cétylique : 10%

Les dosages et choix d'ingrédients sont à adapter, en fonction du toucher que vous désirez !
Ces beurres maison vous serviront comme ingrédients de base, comme tout autre beurre, dans une recette de baume, baume à lèvres, cérat, ou émulsion… 
Ils peuvent également vous permettre de faire des masques capillaires, de vous nourrir la peau dans ses parties les plus sèches, etc !...

Ma recette test : mon beurre du Maroc !
J’ai choisi de faire un beurre d’argan et de tournesol macéré de figues de barbarie !
L’huile de tournesol est particulièrement émolliente, et riche en lécithine; cette huile grasse a une très bonne affinité avec la peau, elle ne laisse pas trop de film gras à mon sens, et laisse la peau douce, et assouplie (propriétés émolliente). Sa richesse en actifs naturellement issus du figuier de barbarie en fait un soin exotique aux propriétés très régénérantes, dont l’action est boostée en synergie par l’huile d’argan, l’or jaune marocain !

Voici ma recette de beurre du Maroc :
- HV d'Argan Bio du Maroc : 30g
- Macérat de figuier de Barbarie de AZ : 10g
- Alcool cétylique : 5g
- Acide stéarique : 5g
- vitamine E : 1 goutte
- fragrance naturelle de pétales de rose AZ : 25 gouttes


Et voici ce que j’obtiens 
Un beurre mou proche du beurre de karité nilotica, fondant sur la peau, laissant la peau douce et brillante... Un toucher assez gras donc, du fait des huiles utilisées, chose qui est normale et comme la plupart des beurres! A intégrer à la recette de votre choix ! ;-)



Alors, ça vous donne envie d'essayer?? J'espère que oui !
Dans tous les cas à très bientôt !




4 commentaires:

Anonyme a dit…

Article super intéressant,précis merci

Anonyme a dit…

Tes posts sont toujours aussi intéressants, , ils me passionnent à chaque fois :-) merci, ça me servira pour mes popotes ;-)

Steph a dit…

Merci ! <3

boum vrac a dit…

merci pour ces explications et le partage de ta recette! cela me semble plus clair!